Clubs en présence pour le XIXe Challenge

On en est déjà à la XIXe édition du Challenge Armand Vaquerin et le niveau élevé de participation ne se démentit pas. Cette fois encore, les poissons pilotes du Challenge s’appellent Castres Olympique, Glasgow Warriors, Harlequins, Northampton et la sélection italienne Parma Zebre appelée à évoluer en Ligue Celte.

Rappel :

http://boucherie-ovalie.org/wp-content/uploads/2012/01/Castreslogo.gifCastre Olympique c’est l’équipe de Laurent Labit et Laurent Travers qui a fini 4e des matchs de poule derrière le Stade Toulousain, l’AS Montferrand et Toulon. En match de barrage ils ont éliminé le Montpellier Hérault Rugby (finaliste de la saison 2010-2011) 31 à 15, avant d’échouer en demi-finale 24 à 15 face au champion en titre le Stade Toulousain.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/1/1f/Glasgow_warriors_badge.pngGlasgow Warriors, sélection provinciale écossaise est une équipe bien connue du public français. Elle a occupé cette saison le haut du tableau de la Ligue Celte derrière le Leinster, les Ospreys et le Munster. Lors des demi-finales du championnat Celte, les Warriors se sont inclinés face à la redoutable équipe du Leinster. Les fidèles du « Vaquerin » n’ont pas oublié qu’ils avaient triomphé lors de l’édition 2008 après avoir proposé le rugby de mouvement qui est le leur et qui avait enchanté les spectateurs par la qualité de leurs offensives et les nombreux essais inscrits.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/6/67/Harlequins_logo.pngLes Harlequins. Premier à l’issue des matchs de poule du championnat anglais, le Harlequins ont terminé à la première place devant les Leicester Tigers, les Saracens et Northampton. Ce qui leur a valu de retrouver en ½ finale l’équipe de Northampton qu’ils ont battu 25 à 23 avant d’en de décrocher le titre face à la prestigieuse équipe des Leicester Tigers battus 30 à 23. Véritable machine à championnat, les poulains de Conor O’Shea sont à classer parmi les favoris de cette XIXe édition, même si rien n’est encore joué.

Northampton Saints. Après un très bon parcours lors des matchs de poule du championnat d’Angleterre, l’équipe de Nothampton a fini 4e, s’inclinant en demi-finale 25-23 contre le champion 2012, les Harlequins. Jim Mallinder un temps envisagé pour diriger l’équipe d’Angleterre a résigné un contrat de 3 ans et va pouvoir s’appuyer sur des recrues de talent telles que Cameron Shepherd (3/4 polyvalent retenu à 9 reprises avec les Wallabies), Gerrit-jan van Velze (capitaine des moins de 21 ans Sud-Africains) et le centre Luther Burrel venu tout droit de Sale Sharks.

Parma Zèbre. Jacques Brunel qui devrait être accompagné de Marc Dal Maso dans le staff de l’équipe italienne seront dès cette XIXe édition du Challenge Vaquerin très attentif aux prestations de Parma Zèbre, une sélection italienne comprenant dix internationaux italiens et trois ex all blacks appelé à remplacer Aironi dans le championnat de la Ligue Celte et la H Cup. Une sélection qui présente toutes les caractéristiques de la bonne surprise de l’épreuve. Jacques Brunel qui fut en son temps entraîneur de Colomiers, de Auch, de Pau et de l’équipe de France ne disait-il pas « une bonne saison se prépare au Vaquerin  ». Quand on connait ses ambitions pour l’équipe italienne et le challenge qu’il s’est lancé de découverte de nouveaux talents pour renouveler les cadres de l’équipe italienne, les prestations de sa sélection risquent de drainer dans le Sud Aveyron les superviseurs de tous poils en prévision des VI nations, à moins qu’il ne s’agisse tout simplement de superviseurs des clubs européens.

Restent Albi, Aix, Auch, Aurillac et Béziers qui alimenteront les matchs d’ouverture. Il n’est pas nécessaire de rappeler qu’Albi est passé tout près de demi-finales de Pro D2. S’appuyant sur un groupe homogéne, sa marque de fabrique fait toujours recette même si Henry Broncan voguera désormais vers des fonctions à la fédération pour s’occuper des jeunes. Un juste retour des choses ! Aix en Provence après avoir connu un début de championnat tonitruant durant les huit premières journées a ensuite marqué le pas pour se reprendre en fin de championnat. Le président Simon qui aura un nouveau staff à sa disposition cette saison compte bien mettre à profit le Challenge pour évaluer les nouveaux contours de ces troupes. Auch, annoncé saison après saison comme le petit poucet du championnat de Pro D2, n’en finit pas d’étonner. C’est le véritable poil à gratter de ce championnat et la neuvième place obtenue cette saison est là pour rappeler que les auscitains ne sont pas que de simples faire valoir. Aurillac c’est l’équipe qui s’est offert le luxe de s’offrir tous les gros bonnets de la Pro D2 cette saison. Que ce soit Grenoble (6-6), Albi, Oyonnax, Narbonne, Tarbes, Bourgoin, Carcassonne, Mont de Marsan, Dax pour ne citer que les plus en vue. A Béziers, club de toujours d’Armand Vaquerin qui a fini 15e du championnat de Pro D2 les dirigeants ont effectué un recrutement pour lequel les joueurs ont signé les options Fédérale 1 ou Pro D2, le cas de Bourgoin-Jallieu n’étant toujours pas réglé par la commission d’appel malgré la rétrogradation prononcée il y a un mois par la DNACG.

Du haut niveau toujours renouvelé

Ce qui permet une fois de plus d’envisager une nouvelle édition du Challenge de haute tenue avec des oppositions pour les matchs phares s’appuyant sur des équipes prestigieuses qui évoluent dans les plus hautes sphéres du rugby européen. Il suffit de s’en tenir au palmarès des participants de la XIXe édition pour en juger : le demi-finaliste français, le demi-finaliste anglais, le champion d’Angleterre, le demi-finaliste de la ligue Celte et cerise sur le gâteau, l’équipe nationale d’Italie, sachant que Jacques Brunel fait de sa participation une opération laboratoire pour préparer les prochaines échéances internationales. L’intérêt n’en sera que plus grand.

Les matchs d’ouverture ont été traités avec la même envie d’élever les débats puisque ce sont de bonnes équipes de Pro D2 qui permettront de se mettre en appétit. Quant aux sites de Camarés, St Affrique, Millau et Lacaune, ils sont devenus des lieux de rendez-vous incontournables pour tous ceux qui attendent avec impatience le démarrage de la saison 2012-2013. C’est en plus l’occasion de côtoyer des joueurs prestigieux. Ce qui donne au Challenge Vaquerin des allures de rugby des villes tout en conservant l’ambiance et la convivialité du rugby des champs.

                                                                                                                 Christian Brualla